Dans ma collaboration avec le public handicapé ou les enfants je propose de poser une réflexion sur l’impact structurant des arts traditionnels. L’échange qui s’effectue alors entre ces assistants/artistes qu’ils soient atteints de la maladie d’Alzheimer ou dépendants se situe contradictoirement  entre leurs imputs d’art brut et la structuration que je leur apporte. L’artiste quand il se met à la disposition du public se propose comme une boite à outil. Facilitateur de son besoin d’expression , ou interprête d’une pièce écrite par celui-ci.